L’équipe de Clocher du Québec est née de l’initiative de Stéphane Larivière qui en mars 2012, lance un appel à la communauté audio du Québec (appel à tous de Stéphane Larivière).

Suite à cet appel, une douzaine de clochers sont enregistrés et photographiés, dans le contexte de la Journée de la Terre du 12 avril 2012. L’exercice permet de confirmer les défis particuliers que représente l’enregistrement sonore de clochers.

En 2013, le projet est relancé suite à une discussion entre Stéphane et Jocelyn Poitras. Trois clochers ciblés permettront d’évaluer ce qu’implique le processus de numériser et documenter ces éléments du patrimoine campanaire québécois. À l’été 2013, avec l’ajout d’Alex Bouthillette dans l’équipe, ils visiteront la paroisse Saint-Théophile de Racine le 9 juillet 2013, la paroisse Saint-Laurent de Lawrenceville le 10 juillet et la paroisse Saint-Édouard à Montréal le 12 juillet. À l’automne 2013, Stéphane devient membre de Conseil du patrimoine religieux du Québec et assiste au Forum annuel du CPRQ.

En 2017, l’OBNL “Clochers du Québec” est fondé dans le but d’organiser une collecte de données campanaires dans le but d’en pérenniser à tout le moins la mémoire.

Voici l’équipe en place depuis le printemps 2024.

Stéphane Larivière
Administrateur, directeur audio, matriçage et post-synchro

Au cours des trente dernières années, Stéphane a assumé les rôles de compositeur électroacoustique multimédia, preneur de son et concepteur sonore pour la musique, les effets sonores et bruitages pour le film, la télé et les médias interactifs. À travers ses projets et ses responsabilités d’enseignant et coordonnateur audio à l’École des médias de l’UQAM, il a mis à l’épreuve diverses techniques de prise de son et a été confronté aux problématiques de patrimoine sonore, écologie sonore, et de l’archivage audio. Amoureux d’histoire, il a à coeur de sauvegarder et partager l’exceptionnel patrimoine des traditions campanaires.

France Harvey
administratrice
France Harvey

Impliquée dans le milieu architectural et urbain, France Harvey s’est intéressée au patrimoine en collaborant avec l’Association québécoise du patrimoine industriel (AQPI). Formée en architecture publique, elle acquiert d’abord des connaissances en patrimoine architectural. Ce savoir est bonifié lorsqu’elle réalise sa recherche de maîtrise en aménagement urbain à l’Université de Montréal. Elle y effectue une vaste incursion dans l’histoire des espaces publics montréalais.

France Harvey a travaillé dans les processus de consultations citoyennes et en immobilier communautaire.